Citations

Empire, néolibéralisme

« Mais cet empire du marché libéralisé n’est pas seulement (…) un monstre abstrait, socialement désincarné. En fait, il s’identifie à des nations dominantes – États-Unis, Allemagne, Japon – et, en leur sein, à des couches sociales qui n’ont jamais été dans une situation aussi favorable. Cet empire constitue en fait un système d’alliances entre élites à l’échelle mondiale. Il renforce l’implantation du capitalisme dans certaines zones, à l’exclusion des autres, mais à la grande différence d’avec le passé, son limes n’est pas géographique, il est devenu social. »

  • Edgar Morin et Sami Naïr, Pour une politique de civilisation, Arléa, 1997, p. 42

« Du côté de l'Amérique, l'Europe doit toujours avoir les yeux ouverts et ne fournir aucun prétexte de représailles. L'Amérique s'accroît chaque jour. Elle deviendra un pouvoir colossal et un moment doit arriver où, placé vis-à-vis de l'Europe en communication plus facile par les moyens de découvertes nouvelles, elle désirera dire son mot dans nos affaires et y mettre la main. La prudence politique impose donc aux gouvernements de l'ancien continent de veiller scrupuleusement à ce qu'aucun prétexte ne s'offre pour une telle intervention. Le jour où l'Amérique posera le pied son Europe, la sécurité et la paix en seront bannies pour longtemps. »

  • Talleyrand

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

  • François Mitterrand cité par Georges-Marc Benhamou, Le dernier Mitterrand, 1997

« Les américains apportent aux grandes affaires des sentiments élémentaires et une politique compliquée. Ils ne connaissent que leurs intérêts. Ils ignorent presque tout du reste du monde sur lequel ils n'ont que des idées simples. »

  • Le général De Gaulle, à Colombey-les-deux-églises, 1969

Révolution

« Et puisque nous sommes au XXème siècle et en 1952, l'idée révolutionnaire se trouve incarnée dans les régimes qui se réclament de Karl Marx »

  • Raymond Aron, Introduction à la philosophie politique, éd. de Fallois, 1997, p.142

Souveraineté

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. »
« Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice. »

  • Constitution française,article 3, al. 1 et 2

« Churchill était très inquiet. Il savait que j'avais des raisons de ne pas être bienveillant. Mais finalement pour le calmer, je lui ai écrit pour verser du baume sur les blessures qu'il s'était faites à lui-même. Les hommes peuvent avoir des amis, pas les chefs d'état. »

  • Le général De Gaulle, dans Paris-Match, le 9 Décembre 1967

« Le véritable auteur de la guerre n'est pas celui qui la déclenche mais celui qui la rend nécessaire. »