French Data Network

Le FAI historique, depuis 1992, toujours sur le pont. Les bénévoles de FDN résistent à l'usure et tâchent de faire perdurer l'internet à la sauce « loi de 1901», et si possible une diversité de services qui n'existe plus depuis longtemps sur les étals des commercieux du net. L'association veille à ce qu'internet reste un instrument de la liberté des hommes et de diffusion des savoirs.

Techniquement parlant l'association fonctionne plutôt bien, malgré la fragilité inquiétante de ses infrastructures qui sont loin d'être la priorité du bureau.

Pourtant FDN est dans une passe difficile. Coincé dans un Gitoyen qui embourbe tout ce qui le touche, le bureau a aussi depuis quelques années du mal à gérer et déléguer à une équipe de bénévoles pour assumer le développement de l'association. Cet effet conjugué à une manifeste perte de vue des objectifs primaires de l'association (la promotion d'internet et donc des services) ne lui permet pas pour le moment de se hisser au niveau de professionalisme et de sérieux qui s'impose à un FAI qui présente pourtant l'accès à internet comme un droit fondamental.

Pire, fin 2011, le bureau commence à s'éloigner de plus en plus d'un fonctionnement normal, et entraîne l'association dans des choix très regrettables, tout en compromettant sa propre intégrité. Cette dérive m'amènera à donner aux adhérents, début 2012, ma démission du bureau.

FDN mourra dans son ambiguité, ou s'adaptera. Je compte promouvoir la seconde issue même si mi-2012 nous sommes clairement dans une mauvaise pente du point de vue gouvernance, et sur une fausse route pour ce qui est des services. Le bureau doit changer et reprendre le bon cap.

2014. L'assemblée générale la plus ahurissante de l'histoire de l'association a eu lieu cette année. On y a vu le trésorier avouer sans sourciller que le président de l'association avait fait surfacturer FDN par Gitoyen depuis fin 2011. On a vu le bureau essayer de faire voter un règlement intérieur qui ne figurait pas à l'ordre du jour. Et on a vu ce même bureau faire tout un plaidoyer contre votre serviteur pour proposer sa radiation, puis se faire désavouer par l'assemblée réunie. Le bon cap était résolument perdu, le voici perdu avec résolution.

Il est difficile à croire que l'association puisse tomber plus bas, c'est donc bon signe : elle va s'en remettre ! Le nouveau président a d'ailleurs envoyé à l'assemblée un message fédérateur et encourageant pour se présenter : « Ensemble, faisons en sorte que ce château n'ait pas été construit en vain, et ayons foi en les principes et objectifs de notre association. » Ainsi soit-il ? La suite nous révèlera que non…

9 avril 2014, j'ai le tort de rappeler au trésorier qu'il oublie de se prélever son propre abonnement aux services de l'association. Malheur à moi, la procédure d'exclusion est lancée. Elle mênera à un acharnement pour me bannir de tous les cannaux de communication de l'association qui finit hélas de disqualifier FDN comme défenseur des libertés individuelles au milieu des protestations de nombreux adhérents…

Mais c'est quoi ce fouttoir !?

Pour en savoir plus